Les feuilles : une mine d’or pour votre compost !

    Les feuilles : une mine d’or pour votre compost !

    L’automne est bien là et ça se voit au nombre de tas de feuilles mortes dans les allées, sur les trottoirs et bien sûr dans les jardins. Casse-tête et synonyme de danger pour les uns, les feuilles mortes sont aussi pour d’autres un excellent apport pour le compost. D’où l’intérêt de les stocker. On vous dit tout !

    Le saviez-vous ?

    Lorsque vous ramassez vos feuilles mortes et les mettez dans des sacs en papier destinés à la collecte des déchets verts par la collectivité, sachez que le plus souvent, elles vont être livrées à un fabricant de terreau ! Quand on sait qu’un sac de terreau de 50 litres coûte environ 10 € en moyenne alors que les feuilles permettent de se constituer un compost, à valeur de terreau, 100% gratuit, avouez, cela fait réfléchir !

    5 étapes clés et autant d’astuces pour faire des feuilles l’allié de votre jardin :

    1/ je ramasse les feuilles mortes

    Une règle à avoir en tête : ramasser des feuilles si cela est nécessaire (pelouse, allée…) constitue un paillis idéal et protecteur pour l’hiver. J’utilise un râteau ou bien, encore mieux, je m’aide du bac de ma tondeuse. Dans ce cas, je ramasse un mélange de feuilles et d’herbe coupée qui s’avère équilibré, riche en azote et en carbone, mélange parfait pour une décomposition rapide. Vous pouvez aussi privilégier un souffleur doté d’une fonction de broyage ou un balai-ramasseur.

    2/ je broie les feuilles mortes

    Chaque feuille, selon l’essence, est différente et met plus ou moins de temps à se décomposer. Aussi, broyez impérativement les feuilles un peu épaisses ou coriaces. Pour cela, deux options possibles : vous utilisez un broyeur ou vous étalez les feuilles au sol avant de passer la tondeuse dessus. L’intérêt du broyage est aussi de déchiqueter les brindilles ou les aiguilles de conifères qui mettent trop de temps à se décomposer.

    3/ je les composte

    Vous pouvez les composter en amassant en tas les feuilles mortes dans un coin du jardin.

    Veillez à ce qu’elles restent toujours légèrement humides, que le tas soit bien aéré et retournez-les de temps en temps. En 2 ans, vous obtenez le meilleur des composts ! Un compost de feuilles idéal comme support de culture pour les semis, repiquages, bouturages ou même comme substrat pour les plantes en pot (en mélange avec de la terre du jardin).

    4/ je les stocke

    Il est intéressant de se constituer un stock de feuilles mortes car celui-ci vous permettra d’équilibrer les apports de votre composteur toute l’année. Lorsque vous ajoutez des feuilles mortes au compost, il est important de mélanger les feuilles avec les derniers apports et de surveiller l’humidité. Un conseil : ajouter des feuilles mortes en complément des dépôts de matière organique riche en azote comme la tonte de pelouse et les déchets verts de cuisine, notamment fruits et légumes. Objectif : stimuler les micro-organismes. Le purin d’ortie est aussi un très bon activateur de compost.

    5/ je ne les ramasse pas pour laisser faire la nature

    Vous n’avez aucune obligation de ramasser toutes les feuilles mortes de votre jardin ! Privilégiez par exemple de ramasser les feuilles de votre pelouse afin que celle-ci puisse s’aérer et reçoive de la lumière. En revanche, si des feuilles se sont accumulées dans vos massifs de plantes, laissez-les. De même, si vous avez un potager, vous pouvez déposer un lit de feuilles tendres en couche épaisse sur les planches libérées. Elles vont se décomposer toutes seules et participer à la création d’humus, tout en empêchant la prolifération des mauvaises herbes. Le résultat : un sol fertilisé, une érosion limitée et de belles récoltes en perspective !

    A noter : pour obtenir un paillis plus fin, à installer au pied des plantes les plus petites, réunissez les feuilles en tas et passez-y la tondeuse. Quant aux feuilles épaisses et coriaces, utilisez-les au pied des vivaces et des cultures qui restent longtemps en place comme les fraisiers ou les courges.

    6/ je les dépose en déchetterie

    Le processus de compostage permet l’assainissement, la « pasteurisation » des matériaux organiques. Cependant, pour obtenir des résultats valables, il faut toutefois que le compostage soit bien fait ! Dans un petit tas ou un composteur de jardin, la température atteinte est rarement élevée ce qui ne permet pas de détruire la totalité des parasites. C’est pourquoi, il est préférable de réserver les feuilles malades, parasitées (Pyrale du buis, Mineuse du marronnier…) à un compostage industriel dont la température peut atteindre les 70° !

    Pas encore équipé pour le compostage ? Plus d’infos sur le site de la CASGBS :

    http://www.saintgermainbouclesdeseine.fr/environnement/le-compostage-et-le-paillage/faites-votre-compost/le-compostage-de-jardin/